Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monstre du mois


"Les Lumières, c'est la sortie de l'homme hors de l'état de tutelle dont il est lui-même responsable. L'état de tutelle est l'incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d'un autre [...] Sapere Aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières."
 (Emmanuel Kant / 1724-1804 / Réponse à la question "Qu'est-ce que les Lumières ?" / 1784)
_____________________

"Je ne crois pas au mystère, ce serait trop simple."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d'un biologiste)

"[L'humanité] ne renoncera aux illusions consolantes qu'à proportion qu'elle deviendra capable de s'en passer."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Ce que je crois)

"Je ne voudrais pas d'un paradis où l'on n'eût pas le droit de préférer l'enfer.
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d'un biologiste)

"Moins on croit en Dieu, plus on comprend que d’autres y croient."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Inquiétudes d’un biologiste)
_____________________

"La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination c'est l'intelligence en érection."
 (Victor Hugo / 1802-1885 / Philosophie prose, Océan)

"L'Etat chez lui, l'Eglise chez elle."
 (Victor Hugo / 1802-1885 / Discours / 1850)

"Le soldat et le prêtre, ce sont les pires ennemis de l’humanité, car si le soldat tue, le prêtre ment."
 (Victor Hugo / 1802-1885)

_____________________

"Le christianisme a beaucoup fait pour l'amour en en faisant un péché."
 (Anatole France / 1844-1924 / Le jardin d’Epicure, 1894)

"Sainte mère de Dieu, vous qui avez conçu sans pécher, accordez-moi la grâce de pécher sans concevoir."
 (Anatole France / 1844-1924 / Sur la pierre blanche, 1905)

"- Comment expliquez-vous tous les fléaux qui sévissent sur l'humanité ? Pourquoi les famines, les inondations, les tremblements de terre ?
 - Il faut bien que Dieu se rappelle à nous de temps en temps..."
 (Anatole France / 1844-1924 / La révolte des Anges, 1914)
______________________

"Écrasons l'infâme !"
 (Devise favorite de Voltaire contre l'intolérance religieuse dont il signait ses lettres en abrégé : Ecr.L'inf.)
_______________________

"La religion est le plus grand obstacle dont les hommes de progrès doivent tout d'abord débarrasser la route."
 (Emile Zola / 1840-1902)

"Depuis le premier jour, l'Eglise a pris et gardé la femme, comme l'aide la plus puissante de son oeuvre de propagande et d'asservissement. Mais, dès l'abord, un obstacle se dressait. La femme n'était-elle pas la honte et la perdition, une créature de dégoût, de péché et de terreur, devant laquelle tremblent les saints ? En elle, l'immonde nature a mis son piège, elle est la source charnelle de la vie, elle est la vie elle-même, dont le catholicisme enseigne le mépris. Aussi l'Eglise a-t-elle un instant refusé une âme à la bête de fornication, que les hommes purs fuyaient au désert, dans la certitude de succomber, si le vent du soir leur apportait la seule odeur de sa chevelure."
 (Emile Zola / 1840-1902 / Vérité / 1903
_____________________________

Recherche

Lumières





Archives

18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 16:18
Pour le juge italien Luigi Tosti, c’est quasiment devenu un rituel. Chaque matin, il se rend au tribunal de Camerino, dans la région des Marches, pénètre dans la salle d’audience, constate qu’un crucifix est toujours accroché au mur, demande en vain qu’il soit retiré et renonce alors à instruire les procès. Depuis le 9 mai, au nom de « l’égalité des citoyens » et de la laïcité de l’Etat, le magistrat de 57 ans fait grève contre la croix. Seul, menacé de sanctions par sa hiérarchie, il poursuit obstinément son combat.

« L’Italie est victime d’un débordement clérical et d’une nouvelle ingérence du Vatican, la bataille des symboles dans les lieux publics doit être menée », explique-t-il. Alors que, dans son homélie du 15 août, le pape Benoît XVI a répété « qu’il est important que Dieu soit visible dans les maisons publiques et privées, que Dieu soit présent dans la vie publique, avec la présence de croix dans les établissements publics », Luigi Tosti n’en démord pas. Voilà près de deux ans qu’il a engagé la bataille contre le crucifix. Depuis qu’un juge du tribunal de l’Aquila a donné raison à Adel Smith, un Italien converti à l’islam radical, qui avait exigé, non sans provocation, que l’école de ses enfants soit débarrassée des crucifix dans les salles de classe. A l’époque, l’affaire avait profondément divisé l’Italie.

« En octobre 2003, quelques jours après le verdict du tribunal de l’Aquila, je m’apprêtais à présider les débats lorsque des avocats me font remarquer la présence d’un crucifix dans la salle d’audience, raconte Luigi Tosti. Pendant des années, je n’y avais pas fait attention. J’ai décroché le symbole religieux et poursuivi le procès. » Mais durant une pause, le chancelier du tribunal de Camerino a remis le crucifix en place « au nom de la loi ». « En réalité, il n’existe qu’une circulaire du ministre fasciste Rocco, datant de 1926, qui indique que les crucifix doivent être exposés dans les tribunaux. Mais, comme l’a confirmé, en 2000, la Cour de cassation, cette circulaire a été invalidée par la Constitution républicaine de 1947 qui stipule que les citoyens sont égaux devant la loi sans distinction de sexe, race, langue ou religion », souligne Luigi Tosti. L’ordonnance de l’Aquila concernant le retrait des crucifix dans les écoles a ensuite été bloquée, le président du tribunal s’estimant incompétent pour juger une telle affaire.

Qu’importe, au fil des mois, le petit juge, jusqu’alors sans histoires, va multiplier les actes de protestation. Devant le refus de retirer le crucifix, il accroche au mur de la salle d’audience le logo de l’Union des athées et agnostiques rationalistes, aussitôt retiré par l’administration. Au printemps, cet homme, qui dit pudiquement « observer les fêtes juives », apporte au tribunal deux ménorahs, le chandelier juif à sept banches.

« On peut demander le retrait du crucifix dans sa salle des débats, mis vouloir l’éliminer partout est un objectif politique », estime Mario Cicala, ex-président de l’Association nationale des magistrats. Et d’ajouter avec ironie : « Je comprends le trouble du juge de Camerino, le crucifix est l’expression d’une erreur judiciaire. »

Par Eric JOZSEF, dans Libération

Partager cet article

Repost 0
Published by par LIBERATION - dans Fide Defecit
commenter cet article

commentaires

Articles Récents