Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Monstre du mois


"Les Lumières, c'est la sortie de l'homme hors de l'état de tutelle dont il est lui-même responsable. L'état de tutelle est l'incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d'un autre [...] Sapere Aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières."
 (Emmanuel Kant / 1724-1804 / Réponse à la question "Qu'est-ce que les Lumières ?" / 1784)
_____________________

"Je ne crois pas au mystère, ce serait trop simple."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d'un biologiste)

"[L'humanité] ne renoncera aux illusions consolantes qu'à proportion qu'elle deviendra capable de s'en passer."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Ce que je crois)

"Je ne voudrais pas d'un paradis où l'on n'eût pas le droit de préférer l'enfer.
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d'un biologiste)

"Moins on croit en Dieu, plus on comprend que d’autres y croient."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Inquiétudes d’un biologiste)
_____________________

"La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination c'est l'intelligence en érection."
 (Victor Hugo / 1802-1885 / Philosophie prose, Océan)

"L'Etat chez lui, l'Eglise chez elle."
 (Victor Hugo / 1802-1885 / Discours / 1850)

"Le soldat et le prêtre, ce sont les pires ennemis de l’humanité, car si le soldat tue, le prêtre ment."
 (Victor Hugo / 1802-1885)

_____________________

"Le christianisme a beaucoup fait pour l'amour en en faisant un péché."
 (Anatole France / 1844-1924 / Le jardin d’Epicure, 1894)

"Sainte mère de Dieu, vous qui avez conçu sans pécher, accordez-moi la grâce de pécher sans concevoir."
 (Anatole France / 1844-1924 / Sur la pierre blanche, 1905)

"- Comment expliquez-vous tous les fléaux qui sévissent sur l'humanité ? Pourquoi les famines, les inondations, les tremblements de terre ?
 - Il faut bien que Dieu se rappelle à nous de temps en temps..."
 (Anatole France / 1844-1924 / La révolte des Anges, 1914)
______________________

"Écrasons l'infâme !"
 (Devise favorite de Voltaire contre l'intolérance religieuse dont il signait ses lettres en abrégé : Ecr.L'inf.)
_______________________

"La religion est le plus grand obstacle dont les hommes de progrès doivent tout d'abord débarrasser la route."
 (Emile Zola / 1840-1902)

"Depuis le premier jour, l'Eglise a pris et gardé la femme, comme l'aide la plus puissante de son oeuvre de propagande et d'asservissement. Mais, dès l'abord, un obstacle se dressait. La femme n'était-elle pas la honte et la perdition, une créature de dégoût, de péché et de terreur, devant laquelle tremblent les saints ? En elle, l'immonde nature a mis son piège, elle est la source charnelle de la vie, elle est la vie elle-même, dont le catholicisme enseigne le mépris. Aussi l'Eglise a-t-elle un instant refusé une âme à la bête de fornication, que les hommes purs fuyaient au désert, dans la certitude de succomber, si le vent du soir leur apportait la seule odeur de sa chevelure."
 (Emile Zola / 1840-1902 / Vérité / 1903
_____________________________

Recherche

Lumières





Archives

28 janvier 2006 6 28 /01 /janvier /2006 09:38
        Wagardir        (va-gar-dir) verbe
S'endormir en pleine forme et se réveiller épuisé.

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 14:34
   Létidatopistagine    (lé-ti-da-tô-pis'-ta-jin') n. f.
Personne élégante dont on ne sait pas quoi faire sur la plage

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 10:42
Vendredi prochain, commencera le procès de MonPuteaux.com, blog d’un jeune putéolien, Christophe Grébert (photo)qui osa poster sur son site un extrait d’article du Parisien qui critiquait la mairie. Le plaignant n’est autre que le maire depuis 35 ans de cette riante citée (l’une de + riche de France/La Défense) M. Ceccaldi et sa fille Joëlle a qui il a cédé son trône, mais qu’il veut aujourd’hui reprendre. Il faut dire que Ceccaldi est un vieux cacique RPR, dans la ligne Pasqua/Balkany et qui ne s’enquiquine pas avec des détails. La fifille a de qui tenir, elle qui ne veut pas se démettre de sa fonction de maire, et qui attaque son pauv' papa par la diffamation & autres coquetteries. Mais cette guerre des Ceccaldi n’entrave en rien les poursuites contre Christophe Grébert. L’avocat des Ceccaldi n’est autre que celui de Didier Schuller (le dossier miteux des HLM du 92, 92 comme Puteaux....) Toute la presse en a parlé, car derrière la nauséabonde gestion familiale de la mairie de Puteaux, il y a le procès de la liberté d ‘expression. À suivre donc !
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
26 janvier 2006 4 26 /01 /janvier /2006 00:00

      Tchernuzir         (tchèr-nu-zir) verbe
Poser son pied nu sue quelque choose de mou

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 10:00

       Batana          (ba-ta-na-) n. f.
Tyrannie de ceux qui vous font quatre fois la bise

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 09:44
La justice italienne va se pencher à partir de vendredi sur une affaire pour le moins inhabituelle: un Italien athée accuse un prêtre du village de Bagnoregno d'avoir violé la loi en affirmant publiquement ce que beaucoup tiennent pour acquis, à savoir que Jésus-Christ a existé.
Dans une plainte déposée en 2002 par Luigi Cascioli (photo), le père Enrico Righi se voit reprocher d'avoir écrit dans le bulletin de la paroisse que Jésus a réellement existé, qu'il est né à Bethléem et a vécu à Nazareth.
M. Cascioli, un athée convaincu, affirme que le prêtre a violé deux lois sur l’«abus de croyance populaire» et l'usurpation d'identité. Selon lui, Jésus n'a jamais existé et l'Eglise catholique ment depuis 2000 ans en déclarant le contraire. Le parquet, qui en Italie est obligé d'enquêter sur de telles plaintes, avait initialement tenté de classer l'affaire au motif qu'aucun délit ne pouvait être constaté. Mais M. Cascioli a persévéré et une audience préliminaire a été fixée à vendredi à Viterbe, au nord de Rome, pour discuter de l'éventuelle nomination par le tribunal d'un groupe d'experts qui seraient chargés de déterminer si Jésus a bien existé...
M. Cascioli, 72 ans, affirme n'avoir aucune objection à ce que les chrétiens professent librement leur foi. Dans sa plainte, il précise vouloir en revanche "dénoncer l'abus que l'Eglise catholique commet en usant de son prestige pour inculquer comme s'ils étaient réels et historiques des faits qui ne sont que des inventions".
M. Cascioli reconnaît qu'il a peu de chances d'obtenir gain de cause devant la justice italienne. "Nous ne sommes pas optimistes, à moins que la Madone fasse un miracle, mais je ne crois pas que cela arrivera", plaisante-t-il. Il veut toutefois aller au bout de son parcours judiciaire en Italie pour pouvoir ensuite porter l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme, où il veut poursuivre l'Eglise pour "racisme religieux"... "Depuis que je suis né, je suis contre le Christ et Dieu", affirme-t-il. "Je dois agir maintenant avant de mourir."
L'article complet du NouvelObs, le site de Luigi Cascioli
Repost 0
Published by jérôme - dans Fide Defecit
commenter cet article
24 janvier 2006 2 24 /01 /janvier /2006 00:00

      Gyaseb         (jia-zeb') n. m.
Chewing-gum déchlorophyllé qui traînasse encore dans votre bouche

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 21:50
La récente élection du président bolivien Evo Morales peut susciter tous les doutes ou engendrer tous les espoirs, elle a au moins l’inestimable avantage de placer un indien à la tête d’un pays où vivent une large majorité d’indiens (70% de la population du pays), et ce pour la première fois dans l’histoire de l’Amérique latine !

La Bolivie est une nation très majoritairement indigène mais régie par les Créoles d’origine espagnole. C’est un des pays le plus inégalitaire des Amériques avec le Brésil : les 2/3 de sa population vivent au-dessous du seuil de pauvreté. Il dispose de richesses naturelles (surtout gaz & eau), dont toute une succession de présidents ultralibéraux ont jusque-là vendu les ressources pour quelques dollars. L’émeute de 2003 à El Alto (banlieue populaire de la capitale, à 4 000 mètres d’altitude), insurrection contre « l’exportation de gaz par le Chili », vit le surgissement des masses indigènes sur la scène politique bolivienne.
Evo Morales a formé hier son gouvernement composé d’amis soc, indiens & militants de base. «Je veux une corruption zéro, une bureaucratie zéro, plus de “revenez demain“. Les gens sont fatigués tout ça », a dit Morales, vêtu du pull-over à rayures. Il a exclu les technocrates qui figuraient par tradition dans les gouvernements de l'élite dirigeante, préférant choisir des ministres proches des mouvements de base. Les seize membres du gouvernement - douze hommes et quatre femmes - ont prêté serment, les uns levant le poing gauche, les autres posant la main sur le coeur,d'autres encore faisant les deux.
Il a confié le portefeuille de l'Eau à un dirigeant régional combatif,organisateur de manifestations contre la compagnie des eaux Suez ; Le  ministre des Affaires étrangères est un intellectuel de son ethnie Aymara ; Pour le ministère des Hydrocarbures, qui supervisera un accroissement du contrôle de l'Etat sur les vastes gisements de gaz naturel boliviens, Morales a jeté son dévolu sur un journaliste et analyste du secteur énergétique. Ce dernier défend de longue date le droit des Boliviens au gaz naturel avant tout projet d'exportation à grande échelle.

Cet événement renforce le basculement à gauche du continent, après l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Venezuela & dernièrement Michelle Bachelet au Chili. Si ces dirigeants se réclament en majorité de la famille sociale-démocrate, Evo Morales, opposé à l’impérialisme étasunien et porte-parole des populations défavorisées (c’est-à-dire non-blanches), se range aux côtés du métis Hugo Chávez, président du Venezuela. Les bonnes intentions de Morales se heurtent à la classe dirigeante traditionnelle et aux multinationales qui contrôlaient l’exploitation des richesses. Son jeu est aussi serré du côté de son électorat qui est  impatient de voir du changement.
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 19:58

      Fléclets         (fré-klè) n. m.
Maillot de bain en laine

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
22 janvier 2006 7 22 /01 /janvier /2006 19:51

   Obrisailler     (o-bri-za-yé) verbe.
montrer un beau château au moment où le train s'engouffre dans une tunnel

«[…] On allait à Veules-les-Roses. Maman tricotait nos fréclets dans le train. Elle obrisaillait et veillait bien à ce qu’on ne jette pas nos gyasebs par la fenêtre. Dès qu’on arrivait sur la plage, avec mon frère on subissait la batana des cousins qui tchernuzissaient dans les algues. Maman & tante Monique clichemurnaient à tour de rôle. Parfois Mémé nous accompagnait. Telle une létidatopistagine, elle restait assise sur les galets et se plaignait de wagadir. Mémé a i à Veules-les-Roses. Après on a préféré Etretat.»

-IN LE BALEINIÉ 2-Le Seuil Paris 2005
Repost 0
Published by jérôme - dans Le Mot du Jour
commenter cet article

Articles Récents