Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Monstre du mois


"Les Lumières, c'est la sortie de l'homme hors de l'état de tutelle dont il est lui-même responsable. L'état de tutelle est l'incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d'un autre [...] Sapere Aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières."
 (Emmanuel Kant / 1724-1804 / Réponse à la question "Qu'est-ce que les Lumières ?" / 1784)
_____________________

"Je ne crois pas au mystère, ce serait trop simple."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d'un biologiste)

"[L'humanité] ne renoncera aux illusions consolantes qu'à proportion qu'elle deviendra capable de s'en passer."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Ce que je crois)

"Je ne voudrais pas d'un paradis où l'on n'eût pas le droit de préférer l'enfer.
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Pensées d'un biologiste)

"Moins on croit en Dieu, plus on comprend que d’autres y croient."
 (Jean Rostand / 1894-1977 / Inquiétudes d’un biologiste)
_____________________

"La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination c'est l'intelligence en érection."
 (Victor Hugo / 1802-1885 / Philosophie prose, Océan)

"L'Etat chez lui, l'Eglise chez elle."
 (Victor Hugo / 1802-1885 / Discours / 1850)

"Le soldat et le prêtre, ce sont les pires ennemis de l’humanité, car si le soldat tue, le prêtre ment."
 (Victor Hugo / 1802-1885)

_____________________

"Le christianisme a beaucoup fait pour l'amour en en faisant un péché."
 (Anatole France / 1844-1924 / Le jardin d’Epicure, 1894)

"Sainte mère de Dieu, vous qui avez conçu sans pécher, accordez-moi la grâce de pécher sans concevoir."
 (Anatole France / 1844-1924 / Sur la pierre blanche, 1905)

"- Comment expliquez-vous tous les fléaux qui sévissent sur l'humanité ? Pourquoi les famines, les inondations, les tremblements de terre ?
 - Il faut bien que Dieu se rappelle à nous de temps en temps..."
 (Anatole France / 1844-1924 / La révolte des Anges, 1914)
______________________

"Écrasons l'infâme !"
 (Devise favorite de Voltaire contre l'intolérance religieuse dont il signait ses lettres en abrégé : Ecr.L'inf.)
_______________________

"La religion est le plus grand obstacle dont les hommes de progrès doivent tout d'abord débarrasser la route."
 (Emile Zola / 1840-1902)

"Depuis le premier jour, l'Eglise a pris et gardé la femme, comme l'aide la plus puissante de son oeuvre de propagande et d'asservissement. Mais, dès l'abord, un obstacle se dressait. La femme n'était-elle pas la honte et la perdition, une créature de dégoût, de péché et de terreur, devant laquelle tremblent les saints ? En elle, l'immonde nature a mis son piège, elle est la source charnelle de la vie, elle est la vie elle-même, dont le catholicisme enseigne le mépris. Aussi l'Eglise a-t-elle un instant refusé une âme à la bête de fornication, que les hommes purs fuyaient au désert, dans la certitude de succomber, si le vent du soir leur apportait la seule odeur de sa chevelure."
 (Emile Zola / 1840-1902 / Vérité / 1903
_____________________________

Recherche

Lumières





Archives

17 février 2006 5 17 /02 /février /2006 16:48
Ayaan Hirsi Ali, d’origine somalienne, est députée au Parlement néerlandais, membre du parti libéral VVD. Scénariste du film Submission, qui valut à Theo Van Gogh d’être assassiné par un islamiste en novembre 2004, elle vit sous protection policière.

Je suis ici pour défendre le droit d’offenser. J’ai la conviction que cette entreprise vulnérable qu’on appelle démocratie ne peut exister sans libre expression, en particulier dans les médias. Les journalistes ne doivent pas renoncer à l’obligation de parler librement, ce dont sont privés les hommes des autres continents.

Mon opinion est que le Jyllands Posten a eu raison de publier les caricatures de Mahomet et que d’autres journaux en Europe ont bien fait de les republier.

Permettez-moi de reprendre l’historique de cette affaire. L’auteur d’un livre pour enfants sur le prophète Mahomet n’arrivait pas à trouver d’illustrateur. Il a déclaré que les dessinateurs se censuraient par peur de subir des violences de la part de musulmans, pour qui il est interdit à quiconque, où que ce soit, de représenter le Prophète. Le Jyllands Posten a décidé d’enquêter sur le sujet, estimant - à juste titre - qu’une telle autocensure était porteuse de lourdes conséquences pour la démocratie. C’était leur devoir de journalistes de solliciter et de publier des dessins du prophète Mahomet.
Honte aux journaux et aux chaînes de télévision qui n’ont pas eu le courage de montrer à leur public ce qui était en cause dans "l’affaire des caricatures" ! Ces intellectuels qui vivent grâce à la liberté d’expression, mais acceptent la censure, cachent leur médiocrité d’esprit sous des termes grandiloquents comme "responsabilité" ou "sensibilité".
Honte à ces hommes politiques qui ont déclaré qu’avoir publié et republié ces dessins était "inutile", que c’était "mal", que c’était "un manque de respect" ou de "sensibilité" ! Mon opinion est que le premier ministre du Danemark, Anders Fogh Rasmussen, a bien agi quand il a refusé de rencontrer les représentants de régimes tyranniques qui exigeaient de lui qu’il limite les pouvoirs de la presse. Aujourd’hui, nous devrions le soutenir moralement et matériellement. Il est un exemple pour tous les dirigeants européens. J’aimerais que mon premier ministre ait autant de cran que Rasmussen.
Honte à ces entreprises européennes du Moyen-Orient qui ont mis des affiches disant "Nous ne sommes pas danois", "Ici on ne vend pas de produits danois" ! C’est de la lâcheté. Les chocolats Nestlé n’auront plus le même goût après ça, vous ne trouvez pas ? Les Etats membres de l’Union européenne devraient indemniser les sociétés danoises pour les pertes qu’elles ont subies à cause des boycottages.

La liberté se paie cher. On peut bien dépenser quelques millions d’euros pour la défendre. Si nos gouvernements ne viennent pas en aide à nos amis scandinaves, alors j’espère que les citoyens organiseront des collectes de dons en faveur des entreprises danoises.

Nous avons été submergés sous un flot d’opinions nous expliquant que les caricatures étaient mauvaises et de mauvais goût. Il en ressortait que ces dessins n’avaient apporté que violence et discorde. Beaucoup se sont demandé tout haut quel avantage il y avait à les publier.
Eh bien, leur publication a permis de confirmer qu’il existe un sentiment de peur parmi les écrivains, les cinéastes, les dessinateurs et les journalistes qui souhaitent décrire, analyser ou critiquer les aspects intolérants de l’islam à travers l’Europe.
Cette publication a aussi révélé la présence d’une importante minorité en Europe qui ne comprend pas ou n’est pas prête à accepter les règles de la démocratie libérale. Ces personnes - dont la plupart sont des citoyens européens - ont fait campagne en faveur de la censure, des boycottages, de la violence et de nouvelles lois interdisant l’"islamophobie".
Ces dessins ont montré au grand jour qu’il y a des pays qui n’hésitent pas à violer l’immunité diplomatique pour des raisons d’opportunité politique. On a vu des gouvernements malfaisants, comme celui d’Arabie saoudite, organiser des mouvements "populaires" de boycottage du lait ou des yaourts danois, alors qu’ils écraseraient sans pitié tout mouvement populaire qui réclamerait le droit de vote.

Je suis ici aujourd’hui pour réclamer le droit d’offenser dans les limites de la loi. Vous vous demandez peut-être : pourquoi à Berlin ? Et pourquoi moi ?
Berlin est un lieu important dans l’histoire des luttes idéologiques autour de la liberté. C’est la ville où un mur enfermait les gens à l’intérieur de l’Etat communiste. C’est la ville où se concentrait la bataille pour les esprits et les coeurs. Ceux qui défendaient une société ouverte enseignaient les défauts du communisme. Mais l’oeuvre de Marx était discutée à l’université, dans les rubriques opinions des journaux et dans les écoles. Les dissidents qui avaient réussi à s’échapper pouvaient écrire, faire des films, dessiner, employer toute leur créativité pour persuader les gens de l’Ouest que le communisme n’était pas le paradis sur Terre.
Malgré l’autocensure de beaucoup en Occident, qui idéalisaient et défendaient le communisme, malgré la censure brutale imposée à l’Est, cette bataille a été gagnée.
Aujourd’hui, les sociétés libres sont menacées par l’islamisme, qui se réfère à un homme nommé Muhammad Abdullah (Mahomet) ayant vécu au VIIe siècle et considéré comme un prophète. La plupart des musulmans sont des gens pacifiques ; tous ne sont pas des fanatiques. Ils ont parfaitement le droit d’être fidèles à leurs convictions. Mais, au sein de l’islam, il existe un mouvement islamiste pur et dur qui rejette les libertés démocratiques et fait tout pour les détruire. Ces islamistes cherchent à convaincre les autres musulmans que leur façon de vivre est la meilleure. Mais quand ceux qui s’opposent à l’islamisme dénoncent les aspects fallacieux des enseignements de Mahomet, on les accuse d’être offensants, blasphématoires, irresponsables - voire islamophobes ou racistes.

Ce n’est pas une question de race, de couleur ou de tradition. C’est un conflit d’idées qui transcende les frontières et les races.
Pourquoi moi ? Je suis une dissidente, comme ceux de la partie est de cette ville qui passaient à l’Ouest. Moi aussi je suis passée à l’Ouest. Je suis née en Somalie et j’ai passé ma jeunesse en Arabie saoudite et au Kenya. J’ai été fidèle aux règles édictées par le prophète Mahomet. Comme les milliers de personnes qui ont manifesté contre les caricatures danoises, j’ai longtemps cru que Mahomet était parfait - qu’il était la seule source du bien, le seul critère permettant de distinguer entre le bien et le mal. En 1989, quand Khomeiny a lancé un appel à tuer Salman Rushdie pour avoir insulté Mahomet, je pensais qu’il avait raison. Je ne le pense plus.

Je pense que le Prophète a eu tort de se placer, lui et ses idées, au-dessus de toute pensée critique.

Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de subordonner les femmes aux hommes.

Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de décréter qu’il fallait assassiner les homosexuels.

Je pense que le prophète Mahomet a eu tort de dire qu’il fallait tuer les apostats.

Il avait tort de dire que les adultères doivent être fouettés et lapidés, et que les voleurs doivent avoir les mains coupées.

Il avait tort de dire que ceux qui meurent pour la cause d’Allah iront au paradis.

Il avait tort de prétendre qu’une société juste pouvait être bâtie sur ses idées.

Le Prophète faisait et disait de bonnes choses. Il encourageait la charité envers les autres. Mais je soutiens qu’il était aussi irrespectueux et insensible envers ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui.

Je pense qu’il est bon de faire des dessins critiques et des films sur Mahomet. Il est nécessaire d’écrire des livres sur lui. Et tout cela pour la simple éducation des citoyens.
Je ne cherche pas à offenser le sentiment religieux, mais je ne peux me soumettre à la tyrannie. Exiger que les hommes et les femmes qui n’acceptent pas l’enseignement du Prophète s’abstiennent de le dessiner, ce n’est pas une demande de respect, c’est une demande de soumission.
Je ne suis pas la seule dissidente de l’islam, il y en a beaucoup en Occident. Et s’ils n’ont pas de gardes du corps, ils doivent travailler sous de fausses identités pour se protéger de l’agression. Mais il y en a encore beaucoup d’autres à Téhéran, à Doha et Riyad, à Amman et au Caire, comme à Khartoum et Mogadiscio, Lahore et Kaboul.

Les dissidents de l’islamisme, comme ceux du communisme en d’autres temps, n’ont pas de bom- bes atomiques, ni aucune autre arme. Nous n’avons pas l’argent du pétrole comme les Saoudiens et ne brûlons ni les ambassades ni les drapeaux. Nous refusons d’être embarqués dans une folle violence collective. D’ailleurs, nous sommes trop peu nombreux et trop dispersés pour devenir un collectif de quoi que ce soit. Du point de vue électoral, ici en Occident, nous ne sommes rien.
Nous n’avons que nos idées et nous ne demandons que la possibilité de les exprimer. Nos ennemis utiliseront si nécessaire la violence pour nous faire taire. Ils emploieront la manipulation ; ils prétendront qu’ils sont mortellement offensés. Ils annonceront partout que nous sommes des êtres mentalement fragiles qu’il ne faut pas prendre au sérieux. Cela n’est pas nouveau, les partisans du communisme ont largement utilisé ces méthodes.
Berlin est une ville marquée par l’optimisme. Le communisme a échoué, le Mur a été brisé. Et même si, aujourd’hui, les choses semblent difficiles et confuses, je suis sûre que le mur virtuel entre les amoureux de la liberté et ceux qui succombent à la séduction et au confort des idées totalitaires, ce mur aussi, un jour, disparaîtra.

Ayaan Hirsi Ali

Article publié dans Le Monde du 16/02/06
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 19:51
À l’origine de l'affaire, un écrivain danois, auteur d'un ouvrage sur la vie du prophète, s'interroge sur les réticences des dessinateurs à illustrer son livre. Il y voit l'un des effets de l'assassinat du cinéaste néerlandais Theo Van Gogh, abattu fin 2004 par un jeune islamiste d'origine marocaine. Le quotidien conservateur Jyllands Posten, tiré à 160 000 exemplaires, lance alors un appel aux dessinateurs danois. Douze d'entre eux y répondent. La série «Les visages de Mahomet» sort le 30 septembre.L’article est repris quelques jours plus tard par le magazine chrétien norvégien Magazinet. Les réactions du monde musulman ne se font pas attendrent : le tollé est général, les ambassadeurs sont rappelés à l’ordre, le Parlement jordanien condamne publiquement les publications, et des appels sont même lancés pour boycotter les produits danois & norvégiens… Même le ministre irakien des Affaires étrangères a convoqué mardi dernier l'ambassadeur du Danemark, pour lui communiquer "la condamnation" de son gouvernement ; ils n’ont vraiment rien d’autre à faire en Irak !? (je vous passe la litanie des fatwas & autres cris de morts contre les scandinaves).
Surprises, les autorités danoises manifestent publiquement leur embarras, tout en défendant la liberté d’expression, notion inconnue dans la quasi-totalité des pays musulmans. Les rédacteurs en chef des journaux incriminés expriment leurs regrets s’excusent, tout en réaffirmant eux aussi leur attachement à la liberté d’expression.
Outre cette liberté, essentielle en démocratie, il en est une autre, qui n’est pas pour nous déplaire et que nous jugeons indispensable : celle de blasphémer. Le blasphème c’est rappeler des vérités qui fâchent, comme de dire que le suaire de Turin est un vrai canular et que le prophète aimait les petites filles (il a dépucelé sa 5ème femme quand elle avait 9 ans). Le blasphème cela fait du bien (Ô oui !) et puis les religieux eux-mêmes n’arrêtent pas de le faire vis-à-vis des autres religions. Pour en revenir aux scandinaves, il n’y avait ni blasphème ni provocation. Mais je crois qu’il faut s’élever publiquement devant la réaction immodérée des islamistes pour marquer la limite de leur bêtise et leur répondre que leur vision du monde ne concerne qu’eux. Comme disait Onfray, «mon athéisme s’active quand la croyance privée devient une affaire publique».

Lire aussi l’excellent article de S. Arlen sur cet affaire


Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 17:36
Le film qu'il ne faut pas manquer :
Le secret de Brokeback mountain. Lion d'or à Venise & encensé par la critique française & internationale, il est pourtant  mis à l'index par certains. Allez donc comprendre : Les évêchés étasuniens ont vivement déconseillé à leurs fidèles de voir le film ! C'est pas l'amour comme ils le concoivent. Anatole France disait : "Sainte mère de Dieu, vous qui avez conçu sans pécher, accordez-moi la grâce de pécher sans concevoir." Pourtant, Brokeback c'est bien de l'amour , et du plus beau !
Pendant que j'y pense : il y a un autre film sévèrement condamné par le Vatican : Da Vinci Code, qui sortira en FRance au début de l'été 2006. Moi qui n'avait franchement pas du tout envie d'y aller, cela me motive grave de le voir. L'index c'est le plaisir.......
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 10:42
Vendredi prochain, commencera le procès de MonPuteaux.com, blog d’un jeune putéolien, Christophe Grébert (photo)qui osa poster sur son site un extrait d’article du Parisien qui critiquait la mairie. Le plaignant n’est autre que le maire depuis 35 ans de cette riante citée (l’une de + riche de France/La Défense) M. Ceccaldi et sa fille Joëlle a qui il a cédé son trône, mais qu’il veut aujourd’hui reprendre. Il faut dire que Ceccaldi est un vieux cacique RPR, dans la ligne Pasqua/Balkany et qui ne s’enquiquine pas avec des détails. La fifille a de qui tenir, elle qui ne veut pas se démettre de sa fonction de maire, et qui attaque son pauv' papa par la diffamation & autres coquetteries. Mais cette guerre des Ceccaldi n’entrave en rien les poursuites contre Christophe Grébert. L’avocat des Ceccaldi n’est autre que celui de Didier Schuller (le dossier miteux des HLM du 92, 92 comme Puteaux....) Toute la presse en a parlé, car derrière la nauséabonde gestion familiale de la mairie de Puteaux, il y a le procès de la liberté d ‘expression. À suivre donc !
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 21:50
La récente élection du président bolivien Evo Morales peut susciter tous les doutes ou engendrer tous les espoirs, elle a au moins l’inestimable avantage de placer un indien à la tête d’un pays où vivent une large majorité d’indiens (70% de la population du pays), et ce pour la première fois dans l’histoire de l’Amérique latine !

La Bolivie est une nation très majoritairement indigène mais régie par les Créoles d’origine espagnole. C’est un des pays le plus inégalitaire des Amériques avec le Brésil : les 2/3 de sa population vivent au-dessous du seuil de pauvreté. Il dispose de richesses naturelles (surtout gaz & eau), dont toute une succession de présidents ultralibéraux ont jusque-là vendu les ressources pour quelques dollars. L’émeute de 2003 à El Alto (banlieue populaire de la capitale, à 4 000 mètres d’altitude), insurrection contre « l’exportation de gaz par le Chili », vit le surgissement des masses indigènes sur la scène politique bolivienne.
Evo Morales a formé hier son gouvernement composé d’amis soc, indiens & militants de base. «Je veux une corruption zéro, une bureaucratie zéro, plus de “revenez demain“. Les gens sont fatigués tout ça », a dit Morales, vêtu du pull-over à rayures. Il a exclu les technocrates qui figuraient par tradition dans les gouvernements de l'élite dirigeante, préférant choisir des ministres proches des mouvements de base. Les seize membres du gouvernement - douze hommes et quatre femmes - ont prêté serment, les uns levant le poing gauche, les autres posant la main sur le coeur,d'autres encore faisant les deux.
Il a confié le portefeuille de l'Eau à un dirigeant régional combatif,organisateur de manifestations contre la compagnie des eaux Suez ; Le  ministre des Affaires étrangères est un intellectuel de son ethnie Aymara ; Pour le ministère des Hydrocarbures, qui supervisera un accroissement du contrôle de l'Etat sur les vastes gisements de gaz naturel boliviens, Morales a jeté son dévolu sur un journaliste et analyste du secteur énergétique. Ce dernier défend de longue date le droit des Boliviens au gaz naturel avant tout projet d'exportation à grande échelle.

Cet événement renforce le basculement à gauche du continent, après l’Argentine, le Brésil, l’Uruguay et le Venezuela & dernièrement Michelle Bachelet au Chili. Si ces dirigeants se réclament en majorité de la famille sociale-démocrate, Evo Morales, opposé à l’impérialisme étasunien et porte-parole des populations défavorisées (c’est-à-dire non-blanches), se range aux côtés du métis Hugo Chávez, président du Venezuela. Les bonnes intentions de Morales se heurtent à la classe dirigeante traditionnelle et aux multinationales qui contrôlaient l’exploitation des richesses. Son jeu est aussi serré du côté de son électorat qui est  impatient de voir du changement.
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 18:02
Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi dernier à la "grande fête des libertés civiles". Le rassemblement devant l’ambassade de France à Rome (le somptueux Palais Farnese) visait à défendre une proposition de loi pour instaurer en Italie un Pacte civil de solidarité à l'image du Pacs français. Mais cette proposition déposée en 2002 est bloquée au Parlement par les partis catholiques de la majorité et de l'opposition. "Ces manifestants donnent vraiment la nausée" a déclaré le ministre des réformes, Roberto Calderoli, pour qui "La famille est une chose sérieuse, fondée sur l'amour entre un homme et une femme pour faire des enfants. Le Pacs et les autres cochonneries ont seulement pour but le sexe et les absurdes revendications de droits ne sont qu'un prétexte pour toutes ces tapettes".
Le journal du Vatican, L'Osservatore Romano, a, de son côté, dénoncé comme des provocations les tentatives d'accorder un reconnaissance légale aux couples non mariés "indépendamment du fait que les partenaires soient d'un sexe différent ou identique"

Quelquefois l’Italie semble moins charmante non ?!
Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article
17 janvier 2006 2 17 /01 /janvier /2006 15:58
WWW.BANDJO.FR c'est fini, vive BANDJO.OVER-BLOG.COM !
Suite à des menaces de mon ancien fournisseur de site (Lycos qui sous prétexte que je ne renouvelais pas automatiquement mon abonnement de 1 an voulait m'envoyer un huissier.....), j'ai décidé d'arrêter Bandjo & de reprendre un blog -gratuit- que voici !
Et oui, un blog c'a fait + jeune & C très tendance. Mais tout en continuant d’admirer les photos de j&o (ne manquez pas les dernières en Autriche), vous pourrez poster sur ce blog vos commentaires, photo, articles ou liens !


Repost 0
Published by jérôme - dans bandjo
commenter cet article

Articles Récents